SOCIéTé  |    

Mécontentement dans la fonction publique au Tchad: pas d’accord en vue

Par RFI - 13/07/2017

Depuis le début de l’année 2017, des discussions ont lieu sur les conditions des travailleurs tchadiens, mais la plateforme syndicale vient de quitter la table des négociations

 

Au Tchad, on est encore loin d'un accord entre le gouvernement et les syndicats de la fonction publique, sur fond de mauvaise passe économique et sociale dans le pays. Depuis le début de l’année 2017, des discussions ont lieu sur les conditions des travailleurs tchadiens, mais la plateforme syndicale vient de quitter la table des négociations.

Les deux parties s’étaient engagées à continuer les discussions sous certaines conditions. Parmi les plus importantes de ces conditions, il y avait le paiement d’avantages financiers lors des avancements dans la fonction publique. En clair, une promotion pour un travailleur égale un salaire plus conséquent. Autre avantage la prise en charge des frais de transport des travailleurs par l’Etat.

 


© Droits reservés
Mais désormais, les syndicats se sentent floués par la suspension de ces mesures, comme l’explique Younous Mahadjir, le vice-président de l’Union des syndicats du Tchad : « Les négociations sont pour discuter sur les raisons pour lesquelles il y a la crise sociale. Pendant que nous négocions pour trouver cette solution, le gouvernement prend une décision et fait voter un collectif budgétaire qui, effectivement, met en cause les avantages qui sont déjà là. Le gouverneur prend des décisions aussi graves ».

Jusqu’ici, le gouvernement disait vouloir, à tout prix, éviter une nouvelle grève qui risquerait de paralyser l’administration publique. Et c’est cette menace que les syndicats brandissent désormais après avoir quitté la table des négociations. Une telle décision reviendra aux travailleurs assure Younous Mahadjir : « Nous allons partir vers nos bases. Et ce qu’ils auront décidé, à ce moment, nous on va l’appliquer. S’ils disent, il faut aller en grève, on va aller en grève. S’ils disent, il faut accepter, nous aviserons. Mais nous doutons fort que les travailleurs puissent accepter cette manière de faire ».

Les syndicats doivent se réunir en assemblée générale jusqu’à la semaine pour décider de la suite à donner à leur mouvement social.
 
MOTS CLES :  Tchad   Mécontentement   Fonction Publique   Accord 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués