SOCIéTé  |    

Vers une trêve de grève des enseignants au Tchad

Par tchadinfos.com/ - 07/06/2017

Pour rappel, ces enseignants sont entrés en grève sèche depuis, le 8 mai dernier pour revendiquer les arriérés de salaires, les primes de jury des examens, les heures supplémentaires

 

Après un (01) mois de suspension de cours à l’enseignement supérieur, le ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, Pr Mackaye Hassan Taïsso, a rencontré ce 6 juin 2017, les membres du bureau exécutif du Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur (SYNECS) pour annoncer la piste de sortie de crise.

Cette suspension de cours est intervenue après une grève généralisée déclenchée par les centrales syndicales dans l’administration publique qui a duré quatre (4) mois. «Des engagements ont été faits ce matin. D’autres se feront demain et après-demain. Donc, nous osons croire que d’ici la fin de la semaine quelque chose se fera en ce qui concerne le versement des arriérés. Il y a déjà un début de finition du problème qui a amené la section SYNECS de N’Djamena à lancer ce mot d’ordre de grèves.» rassure le ministre Mackaye Hassan Taïsso. Pour le SYNECS, il faudra de voir cette promesse se concrétiser avant de lancer un appel pou a reprise des cours. « Nous attendons deux ou trois jours pour voir si sur le terrain, il y a du concret avant que les choses puissent se reprendre au niveau de l’enseignement supérieur au Tchad », informe Dr Guirayo Jérémie avant de conclure qu’il faut un début d’exécution de la part du gouvernement pour qu’on appelle à la reprise de cours.

 


© Droits reservés
Pour rappel, ces enseignants sont entrés en grève sèche depuis, le 8 mai dernier pour revendiquer les arriérés de salaires, les primes de jury des examens, les heures supplémentaires. Ils accusent 08 mois d’arriérés de primes de recherches, des primes de jury et des examens 2014-2015 et 2015-2016, des heures supplémentaires non payées. Les enseignants vacataires, quant à eux, revendiquent deux (02) ans de frais de vacation. Les contractuels accusent 4 à 5 mois d’arriérés de salaire.

Sauver l’année

Pour dire vrai, ce dysfonctionnement dans le déroulement des cours et l’élasticité des années académiques qui s’enchevêtrent, le ministre Hassan demande aux enseignants de comprendre la situation actuelle du pays et de reconsidérer leurs positions une fois qu’il aurait un début d’exécution.
 
MOTS CLES :  Tchad   Trêve   Enseignants 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués