DOSSIERS  |    

Gambie: partage d’expérience entre les victimes de Jammeh et de Hissène Habré

Par RFI - 27/04/2017

La rencontre qui s'est déroulée ce lundi au Kairaba Hôtel, près de Banjul, a vu la présence Reed Brody, le juriste américain qui travaille avec les victimes tchadiennes

 

Les Tchadiens ont dû attendre 25 ans avant de voir leur ancien dictateur Hissène Habré traduit en justice au Sénégal. Du côté de la Gambie, cela ne fait que trois mois que l'ancien dictateur, Yahya Jammeh, a perdu les élections et a fui en Guinée équatoriale. Des deux côtés, des familles ont perdu des proches, et des victimes réclament justice et réparation. Même si les deux cas sont très différents, et que Yahya Jammeh court beaucoup moins de risques en Guinée équatoriale, que Habré au Sénégal, une rencontre s'est déroulée ce lundi au Kairaba Hôtel, près de Banjul, pour un partage d'expérience entre les deux associations de victimes.

Une à une, les victimes gambiennes racontent leur histoire. Plusieurs années passées en prison, un frère disparu, un père assassiné. En face, les Tchadiens se retrouvent dans ces récits. Souleymane Guengueng veut partager avec les Gambiens son long combat pour voir Hissène Habré traduit en justice : « Ca nous réveille même certaines émotions. Plus de 25 ans que nous autres nous luttons, ça nous a permis de vivre assez d'expériences pour aider et conseiller les autres. Ca ne devrait pas s'arrêter seulement avec les victimes tchadiennes ».

 


© Droits reservés
L'ancien président gambien, Yahya Jammeh à son arrivée à l'aéroport de Banjul avant de prendre son avion pour l'exil, le 21 janvier 2017. © ©Thierry Gouegnon/REUTERS
Même si le cas de Yahya Jammeh n'est pas comparable, l'échange est riche selon Reed Brody, juriste américain qui travaille avec les victimes tchadiennes : « L'idée c'est que les victimes d'Hissène Habré les motivent, les inspirent pour montrer qu'il est possible de créer des conditions politiques pour que leurs dictateurs soient jugés en Afrique ».

Ce sera donc une entreprise très longue qui n'aboutira peut-être pas. Mais la rencontre redonne un peu d'espoir à Baba Hydara, fils d'un journaliste assassiné sous Yahya Jammeh : « C'est très important qu'on commence ces sortes de rencontres. Ils m'ont expliqué que c'était une longue, longue, longue bataille. Mais on est prêts. On a beaucoup d'espoir ».

 
MOTS CLES :  Tchad   Gambie   Victimes   Hissène Habré   Justice   Yahya Jammeh 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués