SOCIéTé  |    

Vaste campagne de vaccination contre la polio autour du Lac Tchad

Par la-croix.com/ - 24/04/2017

Des cas de polio ont en effet été observés au nord du Nigeria. Ils pourraient remettre en cause les efforts réalisés par cette région pour l’éradication du virus

 

Lundi 24 avril débute une campagne de vaccination contre la polio pour des millions d’enfants dans la région de lac Tchad, comprenant le Nigeria, le Niger, le Cameroun, le Tchad et la Centrafrique.

Cette campagne n’est pas la première. Au Tchad, par exemple, entre 2010 et 2016, 25 000 vaccinateurs ont été impliqués à chaque campagne nationale et 154 millions de doses de vaccins ont été utilisées. « L’éradication totale de la poliomyélite en Afrique est à portée de main au cours des prochaines années », estime le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Tchad, le docteur Jean-Bosco Ndihokubwayo.

Le dernier foyer en Afrique

Depuis juin 2012, aucun cas de poliovirus sauvage n’a été déclaré au Tchad. Mais, une nouvelle menace est apparue dans la région avec la découverte de cas en 2016 dans l’État de Borno au nord-est du Nigeria, par ailleurs déstabilisé par le groupe djihadiste Boko Haram.

Ce serait la dernière région en Afrique où le virus est présent. Compte tenu de mouvements de population dans cette région proche du lac Tchad et de la faible couverture vaccinale des enfants, les risques de contamination sont importants.

C’est la raison pour laquelle les ministres de la santé publique des cinq pays du bassin du lac Tchad ont déclaré que la flambée était une urgence régionale de santé publique et se sont engagés à organiser de multiples campagnes de vaccination synchronisées.

Des progrès considérables en vingt ans

La campagne dans la région du lac Tchad fait partie d’une plus vaste action lancée il y a un mois et concernant 13 pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale. Plus de 190 000 vaccinateurs vont vacciner plus de 116 millions d’enfants pour faire disparaître le dernier bastion de la poliomyélite sur ce continent.

« Il y a 20 ans, Nelson Mandela a lancé la campagne panafricaine « Bouter la polio hors d’Afrique »], a rappelé le docteur Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique. À cette époque, la poliomyélite était endémique dans chaque pays du continent et, chaque année, cette terrible maladie paralysait plus de 75 000 enfants pour tout le reste de leur vie. Grâce au dévouement des gouvernements, des communautés, des parents et des personnels de santé, elle est maintenant combattue jusque dans son dernier réservoir. »

 


© Droits reservés
Un progrès fragile

Toutefois, le docteur Matshidiso Moeti a prévenu que ce progrès était fragile, compte tenu du potentiel épidémique du virus. Bien que confiné dans une seule région du continent, le virus pourrait se propager dans des zones mal protégées des pays limitrophes.

Depuis son lancement à l’Assemblée mondiale de la Santé de 1988, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) a réduit de plus de 99 % l’incidence mondiale de la poliomyélite. L’IMEP est dirigée par les gouvernements nationaux sous la houlette de l’OMS, du Rotary International, des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique (CDC) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), avec l’appui de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Des vaccins transportés à l’abri de la chaleur

La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de 5 ans. Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10 % meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner. Le vaccin antipoliomyélitique oral bivalent (VPOb) immunise contre deux des trois sérotypes de poliovirus sauvage : 1 et 3. Le poliovirus sauvage de type 2 a été éradiqué.

Pour stopper dès que possible la propagation potentiellement dangereuse de la poliomyélite, des bénévoles apportent le vaccin antipoliomyélitique oral bivalent (VPOb) dans chaque maison de chaque ville, grande ou petite, et de chaque village. Pour réussir, tous ces bénévoles et agents de santé travaillent jusqu’à 12 heures par jour, se déplaçant à pied ou à vélo, souvent avec des températures dépassant les 40 °C. Chaque équipe transporte le vaccin dans des sacs spéciaux, remplis d’accumulateurs de froid pour garantir qu’il reste à une température inférieure aux 8 °C requis.
 
MOTS CLES :  Tchad   Campagne   Vaccin   Polio 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués