NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

Le ministre français de la Défense achève au Tchad sa tournée d'adieux au Sahel

Par RFI - 27/02/2017

Après Bamako, Gao et samedi soir Niamey, le ministre a été reçu dimanche matin à Ndjamena par le président Idriss Déby Itno

 

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a achevé ce dimanche soir à Faya- Largeau dans le nord du Tchad sa tournée d'adieux au Sahel. Après Bamako, Gao et samedi soir Niamey, le ministre a été reçu dimanche matin à Ndjamena par le président Idriss Déby Itno.

Il y a eu de l’émotion dans cette dernière rencontre entre Jean-Yves Le Drian et le président tchadien Idriss Déby.

« Si vous n’étiez pas intervenu au Mali, en 2013, personne ne sait ce que serait devenue la région », assure-t-on à la présidence du Tchad.

Jean-Yves Le Drian, de son côté, sait ce que l’armée française doit au Tchad. Sans les soldats tchadiens, la conquête des Ifoghas n’aurait pas été possible et le Tchad joue encore un rôle très important au sein de la Minusma, dans le nord du Mali.

Politiquement, Idriss Déby « a pris du poids sur la scène internationale, depuis quatre ans », concède-t-on dans l’entourage du ministre français. Il a aussi joué un rôle dans la résolution de la crise en RCA.

 


© Droits reservés
Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian et le président tchadien Idriss Deby Itno
Dans la région, des inquiétudes commencent à poindre quant à l’avenir du dispositif Barkhane, après l’élection présidentielle en France.

« Nos interlocuteurs voudraient que ça continue dans le même climat de confiance », souligne-t-on dans l’entourage du ministre.

« Au Sahel, il faut faire preuve de patience. La régionalisation dans la lutte contre le terrorisme fut la grande avancée de Barkhane. Il faudra partir quand la mission sera terminée, c’est-à-dire quand les pays du G5 assureront leur propre sécurité, et non au gré des humeurs des uns ou des autres. Mais à ce stade, personne ne semble remettre en cause le bien-fondé de l’opération », rappelle-t-on à la Défense.

Jean-Yves Le Drian était, samedi, à Niamey, au Niger. Il y a annoncé notamment le déploiement temporaire d'un groupe d'appui opérationnel de 80 hommes à Tillabéry. Dans cette région, l'armée nigérienne a subi une nouvelle attaque, la semaine dernière, dont le bilan s'est alourdi, ce dimanche matin, à 16 morts après le décès d'un militaire nigérien qui avait été blessé dans les affrontements.

Ce passage à Faya-Largeau, y a un peu de symbolique. D'abord personnel, parce que dans une vie antérieure j'ai enseigné la géographie et l'histoire donc Faya-Largeau ça me disait beaucoup de chose. Je ne pensais jamais qu'à un moment donné de ma vie je serai venu à Faya-Largeau et bien j'y suis là, avec nos amis tchadiens et les militaires français...

Le Drian termine sa visite dans la palmeraie de Faya-Largeau
 
MOTS CLES :  Tchad   Visite   Jean-yves Le Drian   Sahel 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués