FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Les moustiquaires imprégnées, meilleur rempart contre le paludisme au Tchad

Par french.china.org.cn/ - 22/02/2017

Lundi, le ministère tchadien de la Santé publique a d'ailleurs lancé la troisième campagne de distribution de masse de ces moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée d'action (MILDA)

 

Pour contrer le paludisme qui fait des ravages au sein des populations, le gouvernement tchadien et ses partenaires misent sur la distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée d'action.

Lundi, le ministère tchadien de la Santé publique a lancé la troisième campagne de distribution de masse des moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée d'action (MILDA), à Koumra, dans le sud du pays. Un total de 7 millions de moustiquaires seront distribuées à 2 millions de ménages, soit 10 millions de bénéficiaires visés.

Au cours de cette campagne, les moustiquaires vont être distribuées sur 4.000 sites par l'intermédiaire de 900 centres de santé répartis dans treize régions endémiques (Chari Baguirmi, Guera, Hadjer Lamis, Lac, Logone occidental, Logone oriental, Mandoul, Mayo Kebbi Est, Mayo Kebbi Ouest, Moyen Chari, Salamat, Sila et Tandjilé).

Pour lutter contre la pandémie, le gouvernement tchadien a adopté un plan stratégique national couvrant la période 2014-2018. De 2016 à 2018, le Fonds mondial appuie financièrement le Tchad pour un montant d'un plus de 57 millions d'euros pour la mise en œuvre du Programme d'appui à la lutte antipaludique au Tchad du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Associé à d'autres moyens de prévention, la moustiquaire imprégnée d'insecticide de longue durée d'action est considérée comme le meilleur rempart contre le paludisme : dormir sous une moustiquaire imprégnée réduit de 50% l'incidence du paludisme et de 20% la mortalité chez les enfants.

"Grâce à l'appui du Fonds mondial et au partenariat avec les Nations unies, le gouvernement se fixe comme objectif d'atteindre la couverture universelle, c'est-à-dire une moustiquaire imprégnée pour deux personnes", a déclaré Ngarmbatna Carmel Soukate, ministre de la Santé publique. Elle a appelé à "saisir cette opportunité et dormir tous sous moustiquaire".

Cette campagne de distribution de masse est en effet une activité de prévention-clé du Programme d'appui antipaludique au Tchad du PNUD. Ce programme comporte également la distribution d'un million de moustiquaires supplémentaires aux femmes enceintes et aux enfants lors des visites prénatales et des vaccinations, le traitement préventif intermittent de 500.000 femmes enceintes, la chimio-prévention de 500.000 enfants de 3 à 59 mois, le diagnostic de 4 millions de cas suspects, et le traitement par combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine de 3 millions de patients.


 


© Droits reservés
"L'objectif de notre Programme d'appui antipaludique au Tchad est de contribuer, d'ici 2018, à la réduction de moitié de la morbidité et de la mortalité imputables au paludisme, particulièrement chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes", a précisé Mme Carol Flore Smereczniak, directrice pays du PNUD.

Pour réaliser cette campagne, le Programme alimentaire mondial (PAM) a apporté son appui logistique. Mary Ellen Mc Groarty, directrice pays du PAM, a précisé qu'à travers cette campagne, la première de cette ampleur, le PAM assure la réception, le stockage et la livraison de près de 7 millions de moustiquaires.

Le paludisme est la première cause de morbidité et de mortalité au Tchad et les enfants de moins de cinq ans sont parmi les plus affectés par cette maladie. Il ne faut pas non plus négliger les graves conséquences économiques du paludisme.

"Le paludisme ralentit la croissance et le développement économique et perpétue un cercle vicieux de pauvreté", a indiqué Célestin Traoré, chef du Programme survie et développement de l'enfant, au sein de la représentation de l'UNICEF au Tchad.

Le paludisme représente en effet 35,2% des décès, 30,5% des hospitalisations et 30,5% des consultations médicales, selon des données récentes du ministère de la Santé. Plus de 43% des cas concernent les enfants de moins de cinq ans. En 2015, près de 800.000 cas ont été confirmés et plus de 1.500 décès déclarés liés au paludisme. Le pic a été atteint en 2013, avec un million de cas et 3.000 décès, surtout chez les enfants de moins de cinq ans (175 cas pour 1.000).

L'UNICEF soutient le gouvernement du Tchad dans la lutte antipaludique en assurant la mise en œuvre des activités préventives telles que la commande et l'acheminement des moustiquaires au Tchad pour les activités de routine, la chimioprophylaxis saisonnière, ainsi que la prise en charge des cas.
 
MOTS CLES :  Tchad   Moustiquaires   Paludisme   Milda   Campagne 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Cinéma: projection du film "La French"
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués