ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Au Tchad, la filière coton est à la recherche de fonds pour la prochaine campagne

Par french.china.org.cn/ - 21/02/2017

A ce jour, en plus des 9 milliards F CFA des cotonculteurs, la Cotontchad SN doit également 4,8 milliards F CFA aux transporteurs et 16 milliards F CFA aux prestataires divers

 

Faute de financement, la campagne cotonnière au Tchad accuse trois mois de retard, la prochaine campagne de productivité est aussi fortement compromise.

Le 14 novembre 2016, l'Assemblée nationale a autorisait le gouvernement à donner son aval à deux emprunts d'un montant global de 124,7 milliards F CFA à contracter par la Société cotonnière du Tchad, Société Nouvelle (Cotontchad SN) auprès du pool bancaire, pour le financement de la campagne cotonnière 2016-2017 et la campagne de productivité 2017-2018.

Le crédit de campagne cotonnière devrait permettre l'achat de coton graine aux planteurs et de payer les frais liés à cette opération, entre autres le transport du coton graine des zones cotonnières jusqu'aux usines d'égrenage, les frais d'égrenage et de mise en balles, les intérêts sur crédits campagne, les charges d'assurances couvrant l'activité coton et le transport de la fibre des usines jusqu'au port de Douala, au Cameroun.

Pour la campagne 2015/2016, la Cotontchad SN avait tablé sur une production de 88.000 tonnes de coton fibre.

Compte tenu de l'importance de la culture du coton dans l'économie nationale et surtout son aspect social, l'Etat tchadien s'est toujours engagé à appuyer la Cotontchad SN à travers plusieurs actions, entre autres les subventions directes, l'exonération de certaines taxes et la garantie pour les crédits de campagne.

Par manque de ressources financières suffisantes, la Société cotonnière est obligée de recourir chaque année aux crédits bancaires, avec l'aval de l'Etat qui détient tout son capital, en vue de financer ses prochaines campagnes. Une habitude que beaucoup de députés avaient dénoncé, estimant que les vrais bénéficiaires ne sont pas les cotonculteurs, souvent payés avec retard, parfois un an après la campagne.

 


© Droits reservés
Mais l'ordonnance du gouvernement portant aval du prêt bancaire pour l'achat du coton et le financement de la productivité, n'a eu aucun effet auprès des banques locales et étrangères. Les discussions entamées depuis plusieurs mois entre les cadres du ministère du Développement industriel, commercial et de la Promotion du secteur privé et les banques de la place, piétinent. Tant que l'Etat n'aura pas soldé les créances des années précédentes, aucune n'entend prêter aucun rond à la Cotontchad.

"Jamais, depuis près d'un siècle que les Tchadiens cultivent le coton, les paysans tchadiens n'ont connu une détresse aussi grande et inhumaine", s'est indigné le chef de file de l'opposition, Saleh Kebzabo, dans un communiqué de presse publié le 17 février. L'ancien ministre de l'Agriculture a tiré la sonnette d'alarme sur "une crise sans précédent que connait le Tchad, aussi grave que la crise financière qui a mis le pays en banqueroute".

Ainsi, la campagne cotonnière qui dure généralement six mois, accuse déjà trois de retard, elle devait débuter en novembre dernier. Le coton qui n'est pas toujours enlevé, se retrouve à la merci des intempéries; les cotonculteurs redoutent les premières pluies qui pointent à l'horizon.

"La situation est lamentable. Partout où j'ai été, les producteurs se plaignent", affirme Mbontar Ndouko, président de l'Union nationale des producteurs du coton du Tchad. "Si, aujourd'hui, la filière coton prend un coup, c'est toute l'économie du pays qui est en jeu, y compris des milliers de personnes qui vont se retrouver au chômage", prévient-il.

Ce sont en effet près de 4.000.000 de personnes qui vivent directement de la culture du coton. Tous les acteurs économiques qui en vivent indirectement commencent aussi à être dans le désarroi: transporteurs, fournisseurs de carburants, de pièces détachées, de matériels et de fournitures de bureau, vendeurs de savon, d'huile de tourteaux et de graine, etc.

A ce jour, en plus des 9 milliards F CFA des cotonculteurs, la Cotontchad SN doit également 4,8 milliards F CFA aux transporteurs et 16 milliards F CFA aux prestataires divers.
 
MOTS CLES :  Cotontchad   Financement   Campagne   Coton   Tchad 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Cinéma: projection du film "La French"
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués