SOCIéTé  |    

Au Tchad, la suspension de la grève générale prolongée de trois semaines par les syndicats

Par APA - 13/02/2017

Cette décision de repousser l’arrêt de travail marque la volonté de la plateforme syndicale de donner la chance aux négociations entamées depuis quelques temps d'aboutir

 

Les centrales syndicales du Tchad, réunies samedi à N’Djamena en assemblée générale, ont décidé de prolonger la suspension de la grève générale arrivée à terme ce dimanche, en se donnant un autre délai de trois semaines qui va du 13 février au 6 mars 2017.

Cette décision de repousser l’arrêt de travail marque la volonté de la plateforme de donner la chance aux négociations entamées depuis quelques temps, ont indiqué les responsables des centrales syndicales représentées par l’Union nationale des syndicats du Tchad (UST), le Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (Synecs) et la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST).

Réunis autour du Comité national de dialogue social (CNDS), le gouvernement et les syndicats se sont retrouvés plus de trois fois pour éplucher les différents points de revendication.

«Nous avons évolué dans les points de revendication. Surtout, le gouvernement s’est engagé à verser à terme échu les salaires des fonctionnaires. Il faut savoir aussi que le trésor public est vide. Si on veut trouver une solution à tout prix au problème d’argent, on n’en trouvera jamais. On a espoir quand même», a déclaré Gouna Vaïna secrétaire général de l’UST.

Il a ajouté que, les centrales syndicales préféraient laisser une marge au gouvernement pour examiner la nécessité d’appliquer la nouvelle loi régissant la grève dans les services publics.

 


© Droits reservés
Le président du Synecs, M. Guirayo Jérémie, a déploré le blocage existant au niveau du retrait de la n°032 relative à l’exercice du droit de grève et la suppression du décret 687 portant réduction à 50% des indemnités des agents de l’Etat.

Selon Gouna Vaïna, la plateforme revendicative a au cours des discussions, demandé au gouvernement de faire l’état des lieux de la coupe de 50% sur les indemnités, opérée depuis trois mois.

«Si le gouvernement nous fait le bilan de ces réductions des indemnités, nous pourrons savoir, quel était l’apport de l’argent coupé sur le budget de l’Etat, alors nous allons aviser pour donner notre position sur ce décret», a affirmé Gouna Vaïna.

Les centrales syndicales saluent, toutefois, le paiement à la date convenue des salaires du mois de janvier et février, le paiement des primes des examens et concours des enseignants du secondaire ainsi que les indemnités des enseignants du supérieur.

La grève générale qui a paralysé les services publics de l’Etat pendant presque quatre mois a été suspendue depuis le 11 janvier dernier.
 
MOTS CLES :  Tchad   Grève   Syndicats   Prorogation 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués