DOSSIERS  |    

Affaire Habré : les avocats des victimes étaient à la barre ce mardi

Par senego.com/ - 12/01/2017

Face au président de la chambre d’appel, Wafi Ougadeye, Me Assane Dioma Ndiaye et ses collègues ont demandé le réexamen de la question de l’indemnisation des victimes

 

Au deuxième jour du procès en appel de l’ancien président tchadien, Hissein Habré, les avocats des victimes étaient à la barre. L’occasion a été pour Jacqueline Moudeina et ses collègues de fustiger les modalités d’indemnisation des victimes. Hier, mardi 10 janvier, ils ont plaidé pour la réintégration des victimes exclues par la chambre d’assise.

Les avocats des victimes d’Hissein Habré étaient à la barre. Face au président de la chambre d’appel, Wafi Ougadeye, Me Assane Dioma Ndiaye et ses collègues ont demandé le réexamen de la question de l’indemnisation des victimes.

Pour la robe noire, l’exclusion de certaines victimes au motif qu’elles n’ont pas apporté les preuves de leur identité, ne tient pas. Pour ce conseil des victimes d’Hissein Habré, la décision des juges de la chambre d’assise ne se justifie pas. « En matière de justice pénale internationale, les critères sont beaucoup plus souples que le droit interne.

Manifestement, les premiers juges ont fait application du droit interne en exigeant soit un jugement d’hérédité soit une preuve quelconque qui établirait un lien entre le préjudice et le fait allégué »
, a-t-il dit.

Pour Assane Dioma Ndiaye, les preuves exigées par l’équipe de Gberdao Gustave Kam sont difficiles à apporter par les victimes tchadiennes, issues en majorité du monde rural. «Compte tenu de la situation du Tchad et du fait que la majeure partie des victimes soient de la campagne, il était difficile d’apporter la preuve par l’état civil ».

 


© Droits reservés
L’avocat Sénégalais plaide aussi pour une réparation collective des victimes ce qui reviendra, dit-il, à une construction de monuments et de lieux de recueillement pour les survivants.

Poursuivant dans la même mouvance, la présidente de l’association des victimes d’Hissein Habré et membre du pool d’avocats, Jacqueline Moudeina, d’affirmer qu’il est impossible que « des milliers de victimes soient rejetées sur aucun critère ».

Pour l’avocate, le procès a été tenue à la hâte d’où les lacunes notées dans le délibéré sur l’indemnisation des victimes. « On est versé dans une ambiguïté totale. Et c’est ce qui a donné l’impression que le jugement sur les réparations a été complètement bâclé.

Faute de temps certainement, les juges ont mis beaucoup de temps sur le pénal et arriver au civil il n’y avait plus de temps. Ils l’ont bâclé en nous renvoyant vers la chambre d’appel. Le jugement, on a eu du mal à le comprendre d’abord, ensuite on a eu du mal à le digérer »
, a-t-elle soutenu.

Des réparations collectives et morales doivent être apportées et, Jacqueline Moudeina affirme que le combat de la partie civile sera sans répit afin que toutes les victimes soient indemnisées.
 
MOTS CLES :  Avocats   Affaires Habré   Tchad   Procès 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués