Contact

Par JournalDuTchad.com - 26/04/2010

Contact


 

Article Contact
Nombre de messages: 19
Pages: 1  


demande de formation

Par sociologue

23/12/2010 10:01

N’DJAMENA LE 23 /12 / 2010

Nom : Hachim
Prénoms : Yacoub Adelkerim
Adresse : 00235 66 58 58 31 /99 48 92 30
Nationalité : Tchadienne
E-mail : hachimbak1@yahoo.fr

BP : 5400 N’DJAMENA-TCHAD

A

Monsieurs les responsables des partenaires
De l’itrad.


J’ai l’honneur de venir auprès de vous, de vous solliciter une formation d’une durée d’un mois au sein de vos établissements qui me permettra d’avancer dans le cadre de mes projets de recherches.

Je suis titulaire d’un diplôme d’ingénieur de Sociologie et démographie, option Organisation et Travail à l’Université Abderrahmane Mira de Bejaia en Algérie.
Actuellement je chercheur à l’Institut Tchadien de Recherche Agronomique pour le Développement. (ITRAD)

C’est une institution a caractère scientifique liée au Ministère de l’agriculture et de l’Irrigation
Je suis fonctionnaire au même Ministère

En tant que sociologue chercheur, j’aimerai apporter ma contribution dans le domaine de la Recherche Scientifique.

Donc je fais appelle à toutes les opportunités de venir m’aider à ce que je puisse atteindre mes fixés de la Recherche.

Comment peut–on mettre de l’ordre dans la société ?
Quelle est la meilleure méthode pour mettre de l’ordre dans la Société ?

Les phénomènes sociaux ou les faits sociaux sont beaucoup plus énigmatiques que les phénomènes des natures.

Mon projet de recherche Thème : étude de la filière pastèque : cas ville de N’djamena. Quel impact sur les bassins de production ?

Je vous demanderai de me contribuer d’une manière générale, pour que je puisse atteindre les objectifs de mes projets de recherche.

En tant que sociologue, je suis très optimiste dans le cadre de la recherche scientifique.
J’aimerai qu’on apporte un plus dans le cas des phénomènes ou des faits sociaux.

Demeurant l’attente d’une suite favorable de ma demande, mes respects les plus chaleureux.

Je recherche un copain

Par Layom

29/05/2011 14:57

Je voudrais l'aide du Journal Du Tchad pour retrouver un ancien copain(s'il est toujours en vie).
Ce copain a comme prenom: Richard
J'ai malheureusement oublie son nom de famille.Nous avions ete tres proches l'un de l'autre.Nous avions frequente le College d'Enseignement General no 2(CEG2) vers 1977-1979 a Ndjamena au Tchad.Il habitait pres de la Place de l'Independance aa cote de l'ancien Camp Militaire,Camp Koufra.Nous echangions ou nous nous passions constamment des revues hebdomadaires comme SALUT LES COPAINS,SALUT,HIT PARADE,OK,MADEMOISELLE AGE TENDRE.Il avait une mobylette de marque DUMAS de couleur rouge si je me trompe et est franco-tchadien.Il est de pere francais et de mere tchadienne.IL passait regulierement me voir a la maison et moi aussi,j'allais lui rendre visite.On s'appreciait tellement que nous etions devenus des vrais amis.Lui,etait en classe de quatrieme avec mon grand frere Benadji.Les evenements douloureux du 12 fevrier 1979 nous ont definitivement eloignes l'un de l'autre.Ses soeurs devraient etre en France et peut-etre lui aussi.
Mon nom qu'il connaissait le mieux est Layom.Je vis actuellement a Boston aux Etats-Unis.Dans cette innoncente adolescemce,nous avions partage le gout et le reve du show bizz,les merveilles d'etre une star de la chanson.Il m'a donne un jour un poster de Mike Brant que mon cousin conserve jusqu'aujourd'hui au Tchad.
Bref,un vrai ami d'enfance.
Alors,si une personne de bonne volonte peut m'aider a retrouver ses traces.
Mon nom est Christophe Layom Guelkagmian
Mon e-mail:chriggma@yahoo.com
Mon tel:(001)857-417-2564
J'habite a Boston sur la Cote Est des Etats-Unis a environ 500km de Monteal(Canada).
Merci de votre aide.

Aurevoir

Réponse à M. Djiré

Par journaldutchad.com

31/05/2011 19:05

Bonjour, cher lecteur,

Votre allusion à la ressemblance entre les deux sites www.journaldutchad.com et www.journaldumali.com n’est pas fausse, pour la simple raison que c’est la même société qui édite les deux sites d’informations. En effet Yogam Communications est une entreprise de communication qui édite des sites d’informations générales sur un certains nombre de pays. Vous pourriez ainsi, visiter un certain nombre de sites frères en plus des sites précités: www.journaldebangui.com, www.journalducameroun.com, www.journaldebrazza.com, www.journaldufaso.com ou encore www.journaldekin.com, la liste n’est pas exhaustive.

Notre ambition est d’être présent là où se déroulent les faits afin de les mettre à la disposition du plus grand nombre par le moyen de l’internet.

Nous souhaitons également offrir une tribune à tous les tchadiens quels qu'ils soient, sans exclusive (y compris MM. Moussa Hissène ou Idriss Déby que nous ne connaissons pas), afin qu'ils puissent apporter une pierre à l'édification d'un Tchad meilleur dans le strict respect des lois en vigueur et des personnes. Nous sommes persuadés que seul le débat contradictoire est source d'enrichissement mutuel et de progrès.

Par contre, nous serons intraitables sur les propos injurieux, diffamatoires ou attentatoires aux personnes ou à leur vie privée. Nous n'hésiterons pas à supprimer de tels messages et le cas échéant porter plainte contre leurs auteurs.

La Rédaction

emploi

Par Lucky Telecom Corp.

15/09/2011 19:10

Je représente LT. Notre firm cherche un habitant local en Chad qui a d'experience dans le programming ou dans l'administration de systèmes. Notre firme travaille dans la sphère de terminaison VoIP. Un candidat doit savoir comment contrôler la passerelle de terminaison GSM VoIP en Chad, son uptime, son réglage de hardware, la qualité de connection avec internet. Le salaire sera accordé individuellement + % de ventes actuelles passées par la passerelle. Nous pouvons le payer par un virement bancaire sur des comptes des individus privés dans votre pays ou dans un autre pays. Notre maison fournit de tout le soutien possible – tel que le filtrage des erreurs, IMEI etc. Nous cherchons de sérieux candidats pour une longue et bienfaisante collaboration.

cinquantenaire

Par Edouard Kingue

24/10/2011 12:05

Tchad
Hymne du cinquantenaire

Peuple du Tchad

Voici venu l’heure de la réconciliation
Autour du cinquantenaire de notre nation
Marchons ensemble pour un avenir meilleur
Dans la paix et l’unité chantons tous en chœur


Refrain

Peuple du Tchad

Mes frères et sœurs Tumai
Tenons ferme le cap et le gouvernail
Au travail aujourd’hui plus qu’hier
Nos ancêtres de nous seront fiers



Edouard Kingue
Journaliste
Le Messager
Douala Cameroun
Tel : 237 70 10 79 09

Qui est le copieur

Par djiré

29/11/2011 13:10

Chers internautes,
J’espère bien que l’erreur de Moussa HISSEIN ne s’arrête pas seulement à envoyer une lettre de félicitation à Idriss DEBY ITNO sans le consentement des tchadiennes et tchadiennes d’Alsace et de l’Est de France, mais aussi à celui de faire connaître le site JOURNALDUTCHAD.COM sur lequel sa photo est en première page avec sa lettre.Ce geste est d’inciter les autres tchadiens (es) d’ouvrir ce site à tout moment pour avoir plus d’informations. Il est bien et nécessaire d’avoir quotidiennement les nouvelles de son pays et du monde. Je me pose cette question à quand cette première changera de visage : c'est-à-dire qu’on ne verra plus cette photo et le message de Moussa HISSEINE.
Moussa HISSEINE est toujours celui qui fait du copier coller ; soit cette idée de créer ce site JOURNALDUTCHAD.COM vient de son idée soit il est un membre influent.
En conclusion, le site JOURNALDUTCHAD.COM n’est rien d’autre qu’un plagiat du site JOURNALDUMALI.COM. .La vrai différence entre les deux sites sont MALI et TCHAD, le sigle et la couleur des deux drapeaux soit les fondateurs du site JOURNALDUMALI.COM qui ont recopier le site LEJOURNALDUTCHAD.COM, soit ceux du JOURNALDUTCHAD.COM qui l’ont fait. Je ne peux pas accuser l’un sans avoir de doute sur l’autre. Ce geste de malhonnêteté peut avoir comme source le programmateur qui a créé ces deux sites, s’il y en avait un. Nul n’est infaillible et je peux me tromper sur ma vision en découvrant ses deux sites. C’est la raison pour laquelle, je demande aux autres internautes d’en vérifier. Dans ces cas, il faut avoir un coupable. Je ne manquerai de dire que ce courriel, je l’ai envoyé aux deux sites JOURNALDUTCHAD.COM, JOURNALDUMALI.COM et aux internautes de la base de donnée de Moussa HISSEINE à qui par il leur a fait découvrir l’existence de ce site JOURNALDUTCHAD.COM par son deuxième message de félicitation à Idriss Debby ITNO. J’attends vos réactions, ceci n’est pas une obligation.

situation des personnes retournées dans leurs villages d' origine à l ' est du TCHAD

Par abdoulaye dourdouma

26/06/2012 11:28

RAPPORT DE LA MISSION CONJOINTE CNARR HCR ET OCHA A MADOUA, DORNO KOLOYE ET AWINE RADO.
DATE : 12 au 14 juin 2012
OBJECTIF :
Faire le monitoring de la situation des retournés, s’assurer de leur présence effective dans les villages où ils sont censés s’établir, s’enquérir de leur niveau de réinsertion et évaluer leurs conditions de vie.
COMPOSITION DE LA MISSION :
UNHCR, CNARR ET OCHA.
MOYENS LOGISTIQUES : 02 Hard Tops et 01 Pick Up (DIS).
STRUCTURE DU RAPPORT :
Rapport et conclusions : p. 1 à 6.
Recommandations et liste des personnes ressources et des participants : p. 7 à 9.
CONTEXTE.
Au mois de mai dernier, une mission inter agences et ONGs s’est rendue à Moudeina afin de s’enquérir du niveau de réinsertion des retournés dans leur villages d’origine et d’évaluer leurs conditions de vie. La mission a obtenu de précieuses informations sur la situation réelle des retournés, dont certains aspects sont préoccupants. L’une de ses recommandations était d’organiser d’autres missions dans les villages ayant aussi connu des retours pour faire ressortir les caractéristiques communes de la situation des retournés et faire les recommandations appropriées. C’est ainsi que les cinq villages suivants ont été ciblés pour cette nouvelle mission : Madoua, Koloye, Dornong, Awine Rado et Djebé. La mission a quitté Koukou à 08h00, et est arrivée à Madoua, situé à une dizaine de Kms de Moudeina et à 2Km du Soudan aux environs de 14h20. Après sa présentation et l’explication de ses objectifs aux leaders, elle a abordé les questions de sécurité, protection, infrastructures de base, droits humains, sécurité alimentaire et niveau d’organisation locale. Le lendemain, la mission a travaillé dans les villages de Koloye, Dornong et Awine Rado sur les mêmes thèmes. Signalons que le village Djébé n’a pas été atteint à cause de l’impraticabilité des routes. Le niveau de participation ci-après des leaders aux différentes rencontres de travail organisées par la mission est satisfaisant :
Ordre
Villages
Nombre des participants
1
Madoua
24
2
Koloye
29
2
3
Dornong
27
4
Awine Rado
36
I. DE LA SÉCURITÉ DE LA POPULATION
1. AU VILLAGE de MADOUA.
Les leaders ont été unanimes pour affirmer que, depuis leur retour, la situation sécuritaire est calme. Aucun incident n’a été enregistré malgré l’absence totale d’éléments des forces de défense et de sécurité. Ils reçoivent, cependant, les visites périodiques du chef de canton et du sous-préfet. Les leaders ont ajouté qu’ils reçoivent également les patrouilles des forces mixtes tchado-soudanaises.
2. AU VILLAGE de KOLOYE.
Les leaders n’ont rapporté aucun problème de sécurité depuis leur retour mais ont, eux aussi, déploré l’absence des éléments des forces de défense et de sécurité.
3. AU VILLAGE de DORNONG.
Les chefs ont indiqué qu’il n’y avait pas eu d’incident sécuritaire.
4. AU VILLAGE d’AWINE RADO.
La situation sécuritaire est calme.
II. DE LA PROTECTION.
1. A MADOUA
Dans le cadre du monitoring des ménages retournés, la mission a procédé à la vérification de leur présence effective dans le village. Il en ressort que deux familles seulement sont retournées à Madoua en provenance des sites de Koukou. Le reste des ménages retournés s’est établi à Moudeina. Composée uniquement de l’ethnie dadjo et majoritairement rentrée du camp d’Amchalaye au Soudan entre 2011 et 2012, la population de Madoua est estimée à 100 familles auxquelles il faut ajouter les 73 et 150 autres familles des Ferrick et Damré situés à son sud-ouest.
Les chefs des villages et leaders communautaires rencontrés n’ont rapporté aucun incident de protection (viol, coups et blessures volontaires, violences domestiques…) ou pratique néfaste (mariage précoce, mariage forcé, excision, etc.). Il faut, cependant, garder à l’esprit que ce genre d’incidents peut ne pas être rapporté lors d’un entretien formel et avec la seule présence des leaders masculins. Ceux-ci ont, toutefois, affirmé que leur séjour dans les sites et camps et les différentes sensibilisations et formations organisées par les ONGs en leur faveur avaient eu des effets positifs. Ils ont également précisé vivre en parfaite cohabitation.
2. A KOLOYE.
Les sept (07) familles retournées du site de Koukou à Koloye ne s’y sont pas établies mais se sont plutôt spontanément relocalisées au village de Treya, situé plus au nord-est.
Actuellement, d’après le registre des chefs, 417 ménages au total sont retournés à Koloye situé à 45 Km à l’est d’Adé et à 15 Km au sud du village Koumou. Ils sont retournés des sites de Dogdoré, Adé, Gozbeida, Koumou, Arara, mais aussi du camp d’Amchalaye au Soudan, et sont composés d’ethnies Arabe Misseria, Dadjo, Ouaddai et Massalit.
3. A DORNONG.
Tous les ménages qui sont retournés à Dornong à partir de Koukou s’y sont installés. D’après les leaders, Dornong totalise 270 ménages retournés des différents sites.
3
4. AWINE RADO.
Awine Rado a enregistré au total 268 familles retournées des différents sites dont 50 de Koukou, 35 de Dogdoré et le reste de Tandoussa et Kadjabougoul au Soudan. La composition ethnique suivante est relevée : Dadjo, Massalit, Ouaddai et Arabe.
III. DES INFRASTRUCTURES DE BASE.
1. En matière de l’eau.
Le village de Madoua ne dispose d’aucun point d’eau potable. Les habitants se débrouillent, sans autres options, avec l’eau du wadi Kadja, source très aléatoire et tarissable par intermittence car dépendant des eaux de pluie. La situation est la même à Koloye, Dornong et Awine Rado. Les leaders ont fait le lien entre la consommation des eaux insalubres des wadis et des mares et les multiples cas de diarrhées enregistrés dans leurs villages respectifs. Ci-dessous en images l’eau que les retournés consomment :
La population de Madoua consomme l’eau de Ici, la population de Koloye consomme cette eau
ce puits, situé à 6km. du Wadi Kadja.
Ce puits d’eau de Dornong est à 1Km du village. Awine Rado : les femmes font preuve d’une
grande patience autour de ce puits du Wadi, tarissable par intermittence.
4
2. En matière de santé.
Il n’existe aucune structure, qui puisse offrir des soins à la population de Madoua. Les malades se soignent à Goubé au Soudan à environ 5Km de Madoua. Les femmes enceintes en travail recourent, sans issue certaine et avec tous les risques que cela comporte, à l’assistance des accoucheuses traditionnelles. Les trois autres villages visités connaissent la même situation. Précisons qu’à Koloye les malades se soignent à Harara et Geneina au Soudan, mais cette possibilité n’est pas disponible pendant la saison des pluies. A Awine Rado, les malades font 37 Km pour se rendre à Forbaranga au Soudan pour se soigner. Le transport des malades se fait au moyen de charrettes. Les femmes enceintes courent beaucoup de risques, n’ayant en effet pas la possibilité de faire de visites prénatales. En conséquence, les cas de mort-nés sont devenus courants, ont reconnu les femmes chouchiés, qui ont ajouté que la situation pourrait empirer pendant la période des crues qui est très proche.
3. En matière de l’éducation.
Il n’y a aucune école à Madoua, pas même communautaire. Les élèves des ménages retournés sont tous à la maison. Les leaders ont déploré cette situation avant d’en appeler à l’aide des ONGs pour sortir leurs enfants de cette situation. A Koloye, il y a une école communautaire créée par les retournés eux-mêmes, et qui fonctionnent avec deux maîtres communautaires, l’un arabophone et l’autre francophone, payés sur les cotisations locales. A Dornong, il y a également une école communautaire, animée par un élève de niveau CE car constituant le seul recours, affirment les chefs.
A Awine Rado, il y a également une école communautaire allant du niveau CP1 au CP2, fonctionnant avec deux enseignants communautaires dont les émoluments forfaitaires sont aussi supportés par les cotisations locales. Vu cette situation sans avenir, certains élèves ont décidé de se séparer de leur famille en refusant de rentrer et en restant sur les sites de Gozbeida, Koukou, Dogdoré, Adé ou Aradib pour continuer les études. Ce choix n’est pas sans conséquences pour les ménages qui sont déjà très vulnérables en termes de moyens. Ils sont obligés de partager leurs maigres revenus en deux.
L’école communautaire d’Awine Rado.
VI. DE LA SITUATION DES DROITS HUMAINS ET DE LA COHABITATION PACIFIQUE.
Les chefs de quatre villages visités n’ont pas porté à la connaissance de la mission des faits pouvant permettre d’affirmer que la situation des droits humains se serait dégradée. Tous les chefs ont évoqué un niveau de cohabitation pacifique remarquable, marqué par une forte solidarité intercommunautaire. Des comités locaux de résolution des conflits ont été créés, composés d’agriculteurs et d’éleveurs, et
5
ils fonctionnent effectivement. A Awine Rado, par exemple, le comité fait un travail de sensibilisation auprès de la population en interdisant les activités agricoles dans les zones dites de transhumance. Interrogés sur la présence et les activités de deux éléments des Eaux et Forêts aperçus dans le village, les leaders de Madoua disent qu’ils n’ont pas eu de problèmes avec eux, et ont renchéri que c’était à leur demande que ces deux éléments étaient présents dans le village. Toutefois, la population de Koloye a une grande préoccupation en ce qui concerne les agents des Eaux et Forêts, qui, au nom de la Loi 014 relative à la protection de l’environnement, interdisent systématiquement de nettoyer les champs et infligent souvent des amendent de 25.000F à 30.000F, sans un reçu justificatif, à ceux qui le font. Ayant pris peur, certains paysans se sont résignés et ne pratiquent pas de défrichages à grande échelle. Cet état de fait risque d’avoir une incidence négative sur la campagne agricole en cours.
V. DE LA SECURITÉ ALIMENTAIRE.
La mauvaise pluviométrie de la saison passée avec son corollaire de mauvaises récoltes a rendu difficile la situation des retournés des villages précités. Il est aussi à noter que cette situation alarmante est due au manque cruel de mesures d’accompagnement du retour volontaire, qui auraient du être prises en amont. Les retournés de ces villages manquent de stocks de vivres et de semence. La situation alimentaire et nutritionnelle est critique.
Notons que la distribution des vivres faite par le PAM dans le cadre du blanket feeding n’a pas pris en compte ces villages qui se plaignent et disent qu’ils n’en connaissent pas les raisons. Ci-après la réalité de la malnutrition :
Ce petit garçon malnutri d’Awine Rado est
décédé 4 jours après la mission.
VI. DU NIVEAU D’ORGANISATION LOCALE. A Madoua, la communauté a mis sur pied un groupement des jeunes à vocation agricole dénommé « Bourkoundjall », créé en juillet 2011, et orienté vers la culture du sésame et de l’arachide. Malheureusement, ce groupement manque de moyens de fonctionnement. Un groupement féminin est en cours de création. A Koloye, quatre groupement à vocation agricole et commerciale sont constitués mais sont en attente d’autorisation pour fonctionner. A Dornong, deux groupements sont formés dont un féminin nommé « Mouraye » et l’autre masculin nommé « Bouyoute Talata » composés chacun de quarante (40) membres. A Awine Rado, sept groupements à vocation agricole sont fonctionnels dont deux féminins. Il y en a d’autres qui sont en cours de formation. L’ONG INTERSOS donne un appui à ces
6
groupements en distribuant des semences et des matériels agricoles. Elle a donné à chacun de ces sept (07) groupements un cheval avec charrette. Signalons que de ces groupements, deux seulement sont à Awine Rado dont un masculin, « Groupement Albarka », et l’autre féminin, « Groupement Ambassadnan ».
CONCLUSIONS La mission souhaite attirer l’attention des ministères et autres entités gouvernementales impliquées dans la planification et la fourniture des services sociaux et des acteurs humanitaires et du développement, notamment des agences du système des Nations unies, spécialement PAM, PNUD, FAO, UNICEF, OMS et des ONGs nationales et internationales, sur la situation des populations retournées. Elle appelle ces acteurs à montrer une sensibilité particulière envers ces populations et à intervenir pour les aider à viabiliser le processus de restauration de leur dignité et de reconstruction de leur vie, qu’elles ont entamé. Une collaboration étroite entre le gouvernement et les acteurs humanitaires et du développement est cruciale à cet effet. Concernant la situation alimentaire, une inclusion des villages visités, non inclus dans la première étape des interventions du PAM programmées pour la période de soudure, est vivement recommandée.
7
RECOMMANDATIONS : Ordre Domaine Recommandations Partenaires destinataires/d’exécution Echéance Observations 01
Santé Construire de centres de santé dans les villages Koloye, Dornong et Awine Rado, un poste de santé à Madoua, et les doter de ressources humaines et matérielles nécessaires de fonctionnement.
Former des matrones et agents de santé communautaire dans les quatre villages. Délégation régionale de la santé COOPI OMS UNFPA UNICEF
Urgent
02
Eau Construire des puits d’eau potable dans chacun des villages cités. Prévoir une compétence locale d’entretien et de maintenance en formant les comités locaux d’artisans réparateurs.
UNHCR, PNUD, OXFAM, INTERSOS.
Avant fin 2012.
03
Sécurité alimentaire et Agriculture Inclure les villages de la sous-préfecture de Moudeina dans l’opération de Blanket Feeding Faire une distribution générale des vivres, des semences et d’outils agricoles, Créer un Centre nutritionnel ambulatoire Faire une enquête nutritionnelle Développer les projets AGR PAM, FAO, PNUD ONDR DRASS
UNICEF COOPI Délégation régionale de
Urgent
Faire une distribution simultanée des semences et des vivres pour éviter que les semences ne soient
8
la santé. FLM/Act
consommées. 04
Education Construire une école à cycle complet dans chacun de ces villages. Affecter les enseignants compétents et renforcer la capacité des maîtres communautaires déjà disponibles. Introduire un programme de repas scolaire.
DREN PAM JRS UNICEF
Urgent
Pour éviter que certains enfants restent dans les sites et les parents dans les villages de retour
05
Protection Effectuer des missions régulières de monitorage des cas de protection, Prévoir des séances de sensibilisations et de formations tant en faveur des retournés que des autorités et leurs collaborateurs. UNHCR CNARR APLFT UNFPA PNUD
06
Sécurité Affecter les responsables et éléments de sécurité dans ces villages. Renforcer la présence de l’Etat en dispositif de sécurité avec des agents et équipement (moyens de déplacement et matériels militaires)
Gouvernement tchadien
Avant la saison des pluies.
07
Droits humains Renforcer la capacité des autorités administratives, des agents de sécurité et des leaders communautaires sur la connaissance des textes des lois. Vulgariser la Loi 014 protégeant l’environnement pour éviter sa mauvaise interprétation par les éléments des Eaux et Forêts. Encourager et promouvoir la cohabitation pacifique, Encourager les mécanismes traditionnels mixtes de résolution pacifique des conflits. APLFT UNHCR CNAR Délégation Régionale des Droits de l’Homme.
Immédiat
9
Leaders communautaires et personnes ressources rencontrés :
Ordre
Nom et Prénoms
Contacts
Fonction
Villages
1 Abakar Baradine Haroun Souleymane Idriss Brahim Mahamat
Chef de village Chef de quartier Notable et collaborateur du chef
Madoua
2 Seid Moussa Adam Brahim Azarack Baradine
Point focal du village Point focal du village Point focal du village
Dorno
3 Abdel Annan Djouma Saleh Moustapha Abdoulaye Moustapha 0117218419 0113172566 0112154842 Point focal du village Point focal du village Chef de village
Awine Rado
4 Abdallah Issack Mahamat Adam
Chef de village Président du comité des jeunes
Koloye
Liste des participants à la mission. Nom et prénoms Organisation Fonction Contacts Neasngar Alexandre UNHCR Ass Principal Solutions durables 95008982 Mahamat Bechir UNHCR
AFSA/UNHCR 99702587 Abdoulaye Dourdouma CNARR
Administrateur de Protection 99905589 Dingamnodji Mekonyo UNOCHA
NHAO 95039701/66255191
La mission est rentrée à Koukou le 14 juin 2012 à 11h00.
Rapport produit par
UNHCR, OCHA et CNARR
FO/Koukou
Le 22 juin 2012.

http://www.iphone5saccessorie.com/iphone-5-wristlet-wallet/

Par iPhone 5 Wristlet

08/11/2012 08:45

Thermoplastic is a strong material that is highly durable. Cases made out of this material are highly resistant to shocks. Due to these properties, thermoplastic has become a material that is most suitable for making iPhone 5 Wristlet. Some of these available in the market are slender in design and they feel rubbery. Therefore, it is very unlikely that a smart phone in one of these will slip from your hand and fall. As such, these become some of the best iPhone cases.http://www.iphone5saccessorie.com/new-blog/

verité du peuple nomade Gorane

Par WOUGOULEY

21/12/2012 00:18

La verité du peuple nomade Gorane
Frédéric LOPEZ revient d’ici quelques années, avec une émission télévisée, appelée : retour en terre inconnue chez les Goranes, pour permettre à l’actrice, réalisatrice et auteur française Sylvie Testud ; de prendre des nouvelles des personnes rencontrées (Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma…) lors de son voyage rendez-vous en terre inconnue chez les Goranes.
« Le rendez-vous en terre inconnue est une histoire sans fin » comme le dit Gérard Juguet. Les Goranes sont des peuples nomades vivant au Kanem, Borkou, Tibesti et Ennedi ; qui survivent de l’élevage et la vente de bétails et de dattes. Ils ont libéré le Tchad de la Lybie. Mais aujourd’hui, ils vivent dans la peur et la misère. Par contre, leur région le BET est riche en sous sol, mais jusqu’à là reste inexploitée. Depuis la défaite de 1990, Ils rêvent de l’indépendance de leur région le BET, jusqu’à là reste sans réponse, malgré les guerres répétées contre le gouvernement central.
Les Goranes vivent depuis des siècles, dans le désert avec des petites maisonnettes construites en paille. Ils n ont rien bénéficie de l’Etat central Tchad, depuis le départ d’Hissein Habré au Sénégal. Aujourd’hui dans leur région, ils n ont pas des hôpitaux, des écoles et des administrations dignes. L’Etat central tchadien leurs a abandonnés à eux-mêmes, c est les cas d’Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma et les autres. Comme l’a remarqué Florence Malleron dans les retours en terre inconnue chez les Goranes : « Ils ne sont que louanges pour leur pays. L’hostilité du désert, la rigueur du climat, le manque d’eau ont forgé le caractère des Goranes, peuple nomade de l’Ennedi, une région isolée du nord tchadien. Frédéric Lopez a convié l’actrice Sylvie Testud à découvrir comment, au XXIe siècle, il est possible d’être profondément heureux et reconnaissant à la vie tout en occupant une terre impénétrable, loin de l’idée d’abondance.
Les Goranes sont éleveurs de dromadaires. Leur troupeau est leur assurance vie. Sans lui, pas de déplacements envisageables. Or le destin de ces populations est de bouger sans cesse. L’eau est à plusieurs jours de marche. Leurs longues caravanes, venues de la nuit des temps, traversent des espaces infinis. Dans un paysage grandiose, ils s’acheminent vers les profondeurs d’un canyon où se dissimule la rivière, véritable trésor et point de ralliement des tribus et de leurs animaux.
Courage et force de caractère sont les qualités primordiales. Pour survivre au milieu du Sahara, il ne faut pas plier. Est-ce pour cela que les hommes montrent un visage dur et autoritaire ? Pendant qu’ils s’occupent de leurs dromadaires, les femmes veillent sur le petit bétail, pilent le mil ou coupent le bois. Chacun évolue dans des mondes parallèles. Les repas ne sont jamais pris en commun. Ce serait une humiliation pour un Gorane que d’assister sa compagne à la confection des plats.
Les relations conjugales sont parcimonieuses. Sylvie Testud a rencontré en Khaltouma son alter ego nomade. D’emblée, la complicité s’est installée entre les deux jeunes femmes. Chacune tente de comprendre le mode de vie de l’autre. Avec une extrême douceur, Khaltouma raconte son mariage forcé, sa tentative de fuite et la brutalité de son mari lorsqu’il la retrouve et l’enlève, la jetant comme un sac sur un dos de dromadaire. C’est le moment le plus émouvant de cette rencontre. Aucun signe de tendresse ne traverse le regard des Goranes lorsqu’ils évoquent leurs épouses. La splendeur des images ne parvient pas à effacer le sentiment de tristesse qui naît du regard résigné de ces femmes.»
Nous pensons que l’Etat central tchadien, changera de politique sur le BET, avant le retour en terre inconnue chez les Goranes, prévit d’ici 3 à 5ans. Il sert à prendre de nouvelles Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma et les autres et dire ce qu’ils sont devenus après l’émission de rendez vous en terre inconnue avec Sylvie Testud, de février 2012. Nous demandons à l’Etat tchadien de prendre sa responsabilité et de développer le BET et changer la vie d’Adoum, Dahbie, BarkaÏ, Khaltouma et les autres avant le retour en terre inconnue chez les Goranes. C’est une réponse très sensible qui joue avec l’honneur de Goranes en général et le Tchad en particulier. Si l’Etat tchadien n’a pas prit sa responsabilité et nous a humilié aux yeux du monde, comme celle de rendez-vous en terre inconnue. Nous les Goranes intellectuels ; nous engagerons une demarche politique et militaire pour l’indépendance du BET sur la chaine nationale et internationale et nous l’obtiendrons. Bon entendeur salut !

Fait à Québec le 10 décembre 2012
Wourgouley M.M



2013 Air Max shoes Outlet

Par lacy

05/06/2013 09:02

Is a good blog,I like:
http://www.cheap-airmax2013.net.
It provides a lot of good, comfortable, breathable, lightweight shoes.

communiqué

Par Moussa Mohamed

02/02/2014 20:24

COMMUNIQUÉ N°001/014/ DU MOUVEMENT INDÉPENDANTISTE NORD-CENTRAFRICAIN (MINCA).

Anti-balaka menace d'égorger tous les musulmans, à Bangui. Crédit photo : Sources


Après un demi-siècle d'occupation, de domination sauvage, de discrimination et d'injustice, les habitants du Nord Centrafrique viennent de prendre leur destin en mains afin de n'est pas être accusés par l'Histoire d'avoir pris la lâche décision de se résigner à la servitude et à l'esclavage que mènent contre eux depuis 54 ans les Sudistes.

En effet depuis l’indépendance de la République Centrafricaine en 1960 jusqu'à nos jours, les régions du Nord de la Centrafrique majoritairement musulmanes sont systématiquement laissées a l'abandon par les différents régimes successifs qu'a connu la RCA.

Ainsi dans 11 des 16 préfectures que compte la Centrafrique, l’État n'existe que par son nom, on déplore par manque de volonté politique l'absence des services étatiques, l’inexistence des infrastructures de communication, certaines régions sont coupées du reste du pays et du monde pendant plus de la moitié d'année par manque des routes comme c'est le cas de la préfecture de la Vakaga imposant à la population de ces régions d'être assiégée pendant plus de 7 mois dans une année.

Les écoles sont inexistantes, plusieurs villes et villages n'ont pas d'école, avec comme conséquence une an-alphabétisation très élevée de la population nordiste, voulue par tous les régime successifs pour maintenir dans l'ignorance la population de ces régions pour les mieux dominer comme par exemple la ville de Birao chef lieu d'une préfecture mais qui n'a même pas un Lycée.

Pour ce qui est des hôpitaux n'en parlons pas, ainsi les régions du Nord ont les taux des mortalités infantiles le plus élevés de la RCA et l'espérance de vie le plus faible du monde ce qui explique la faible densité de certaine préfectures du Nord et le manque en ressources humaines indispensable au développement qui est lui même source de paix et de stabilité.

L'absence d'eau potable est source de plusieurs maladies ajoutée au manque de service sanitaire adéquat, ainsi dans certains région du Nord pour avoir de l'eau, il faut marcher pendant des heures, à l'image de la ville de Bambari ville située a seulement quelque centaines de kilomètres de la capitale où l'eau se fait rare et les gens sont obligés d'utiliser des eaux sales par nécessité tout en étant conscient des risques qu'ils encourent.

L’inexistence de l’électricité est un véritable frein au développement du Nord

L'insécurité, le braconnage et les incursions qu'effectuent les voisins Soudanais et Tchadiens a cause de l'absence d'un appareil sécuritaire dissuasif expose la population à des graves dangers, plusieurs grandes villes du Nord n'ont même pas de policier, ni gendarme.

Le niveau très élevé du chômage dans les régions du Nord et les sentiments d'abandons par l’état expliquent la prolifération des différents groupes politico-militaires et rebellions dont notamment la coalition Séléka.

La discrimination systématique exercée sur les habitants du Nord (surtout musulmans) par les sudistes les traitant d'étranger à cause de leurs croyances, notamment sur les barrières et dans les administrations, profitant de leur analphabétisme, les droits de la population du Nord sont bafoués et leur bien sont souvent spoliés.

La crise politique qu'a connu la RCA fin 2012 et l’avènement de la Séléka au pouvoir et les derniers développements de cette crise, depuis la création des milices Anti-Balaka ont grandement contribuer à démasquer cette haine non justifiée contre les musulmans, dès lors tous les musulmans sont systématiquement cible de toutes les barbaries les plus inhumaines, des femmes, des enfants, des vieillards ont été égorgés comme des moutons, brûlés vifs la chaire de certain d'entre eux a même été consommée.

Plusieurs dizaines de mosquées ont été brûlées, démolies jusqu'à la dernière brique, des Corans déchirés et des appels à l'extermination des tous les musulmans sont lancés, tous cela devant les cameras des médias du monde entier ces appels ont été suivis par des scènes de lynchage atroce avec même des actes de cannibalismes contre des sujet musulmans prétextant que tout musulman est Séléka, nous rappelons ici que la Séléka est avant tout une organisation politique, elle n'est en aucun cas représentative de la communauté musulmane. Dans leur folie meurtrieure ils n'ont épargne aucun musulman même les musulmans étrangers établis depuis des années en RCA ont fait le frais de cette macabre tuerie entraînant ainsi leur rapatriement en masse.

Les maisons et les commerces des musulmans ont été pillés, depuis le 05 Décembre jusqu'à ce jour rien que dans la ville de Bangui on compte 1027 maisons et 3976 commerces pillées évaluées à plusieurs milliards de francs cfa, toutes appartenant aux musulmans et pas moins de 2802 musulmans tués par les Ant-balaka dans l'ensemble du territoire Centrafricain.
Même les peuls Mbororo dans la brousse avec leur bétail n'ont pas échappé à ces massacres, des femmes ont été violées.

Face à cette barbarie plusieurs musulmans Centrafricains et certains habitants non musulmans ont dû se déplacé vers le Nord, leur nombre est compté en plusieurs centaines de milliers.

En prenant en considération tous ces faits, les Nord-Centrafricains voyant leur avenir incertain dans une Centrafrique unie ont pris la décision de revendiquer leur droits bafoués et leur dignité salies à travers ce nouveau Mouvement pacifique qu'ils viennent de créer dénommé "Mouvement Indépendantiste Nord-Centrafricain" en abrégé (MINCA).

Ce mouvement qui regroupe toutes les forces vives du Nord-Centrafrique dans leur ensemble sans distinction religieuse, régionale ou ethnique vise les objectifs suivants:

La libération totale du Nord-Centrafrique de la domination sudiste.
La reconnaissance des droits de la population du Nord à leur terre et à la liberté et aux choix au choix politiques.
Et en fin la création d'un Etat démocratique, laïque, indépendant, souverain, reconnu par la communauté internationale et respecté, cet État aura comme dénomination "Nord-Centrafrique".

Le MINCA restera toujours fidèle à ses engagement tout en reconnaissant la complexité de cette noble lutte et est déterminé à atteindre ses objectifs par tous les moyens passibles.

Le MINCA appelle tous les compatriotes du Nord comme ceux du Sud et ceux de la diasporas d'apporter massivement leur contribution a cette cause qui est plus que nécessaire.

Par ailleurs le MINCA demande le soutien de la communauté internationale, de l'Union Africaine les organisations sous-régionales telles que la CEEAC, CEMAC et les organisations internationales qui traitent des questions des droits de l'homme et du peuple.

VIVE LE NORD-CENTRAFRIQUE LIBRE ET INDÉPENDANT
Fait à Birao le 13 Janvier 2014
Moussa Mohamed
Le Président du mouvement
Courriel:minca@outlook.fr

Le journal du Tchad au Cameroun

Par Sidid

05/03/2014 18:56

Salut à vous,

Je suis Idrissa Sidibe, Jeune Tchadien résidant au Cameroun. Je désire correspondre pour votre site qui est le notre dans ce pays le Cameroun, frère voisin à notre très beau pays le Tchad.

Mail: idrissa_sidibe@yahoo.fr

Félicitation

Par Goulgé

10/04/2014 16:53

Félicitation d'avoir opté pour l'info lettre.

semaine culturelle des jeunes 2ème édition du Guéra

Par ADJIM ABEL

17/09/2014 14:42

en date du 20au 25 septembre 2014 la jeunesse du Guéra organise une semaine culturelle pour présenter toutes sortes de cultures de la région du Guéra. c'est sous la haut patronage de son excellence Monsieur le Ministre de la culture, de la jeunesse et des sports. toutes les autorités administratives, militaires, civiles et religieuses de la localités sont invités à prendre part à cette semaine culturelle. fait à mongo le 17 septembre 2014. ADJIM ABEL Informaticien à la délégation régionale de l'éducation nationale du Guéra.

Un fils de l'afrique centrale a un pas pas de devenir maire a Washington DC

Par Nestor Djonkam

29/09/2014 02:43

Cher
L'histoire se designe a Washington en 38 jours un fils Nestor Djonkam en tetwe de liste de devenir maire a Washington.Levons-nous

Remerciements

Par Dinamou Daram

24/02/2016 20:56

Qu'il me soit permis, de féliciter et remercier le peuple tchadien de cette preuve d'acte de patriotisme en prélude de la ville morte initier par les collectifs des droits de l'homme pour dire trop c'est trop de 25 ans de népotisme, de régionalisme, de pillage, de détournement des deniers publics, de la corruption en bref de la gabegie qui gangrène de manière exponentielle notre pays et Idriss Deby Itno et ses acolytes sont les vrais acteurs majeurs du chaos au Tchad. Donc IDI hors du tchad. Tammana, tammana, tammana ! Dinamou Daram président du parti socialiste sans Frontière.

Offre de prêt applique

Par Mr. Jeff Michael

03/04/2016 07:13

Bonjour,

Consolider vos dettes? Obtenez votre prêt immobilier? Aucune vérification de crédit? Oui vous pouvez...

Est-ce que vous appuyez sur le plan financier et ont besoin d'une consolidation de prêts, veuillez
parler, se passe pour vous aider. Vous n'êtes pas obligé de mourir dans la pauvreté
et le silence, nous sommes ici pour consolider toutes vos dettes et de régler votre
situation financière.

nous allons vous aider avec un prêt de consolidation à taux d'intérêt de 2%.

* Prêts personnels
* Prêts aux entreprises
* Home Loans
* prêts de consolidation
* Finance de voitures
* Les fonds d'urgence disponibles jusqu'à 2.000 € € 5,000,000

S'il vous plaît Veuillez nous contacter par email de compagnie: jsemkffloaninvestment@gmail.com pour nous
vous aider, et sera aimablement vous aider avec un prêt .. son même salaire de jour
out et même l'approbation du jour .. seulement 1 à 2 heures.

www.patiencedabany.net

Par www.real.de

05/07/2016 09:18

www.real-drive.de
www.o.n.g.cheick ousmane dine pouye.net
www.gabonews.fr
www.51127083s.com
www.x0906390y.com
www.daouda dine pouye.net
www.david dine nguema.net

ANNA AviceNNA:) Through out vice and will be ANNA:)

Par Natalia Smirnova

27/04/2017 17:26

Born 11.06.1956 at the place of the killing of Royals Romanovs Family.Journalist looking journalist job and personal defence



Pour donner votre avis

Les champs précédés d'un * sont obligatoires

Vous
   
Pseudo*
E-mail
   
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
 
Votre message
   
Titre*
Message*
 
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation


 

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués